Qui es-tu, Vincent MARGUERITTE ?

Grand artisan du succès inaugural contre HDC, la seule recrue de l'équipe 1 cette année, Vincent MARGUERITTE se dévoile pour les internautes du site de l'ESMS.

Ses premiers pas à l'ESMS

Photo Vincent Margueritte
Image Sébastien Aubinaud

ESMS : Bonjour Vincent. Bienvenue à l'Elan SMS. Peux-tu te présenter à nos internautes ?

Vincent Margueritte : Bonjour à tous. J'ai 33 ans, je viens de Saint-Lô situé en Basse Normandie. Je suis assistant d'éducation aux collèges de Mugron et de Monfort en Chalosse. Le basket-ball est ma grande passion, mais j'aime bien retrouver mes pots pour faire des soirées poker.

 

ESMS : Tu aurais pu partir dans d'autres clubs de la région, pourquoi avoir fait le choix de l'Elan SMS ?

V.M. : J'ai eu un super bon contact avec le nouveau président, Serge DARBO. Comme il habite à Larbey, il venait souvent nous voir quand je jouais au Réal Chalossais. C'est comme ça qu'on a été en contact. A la fin de la saison dernière, il m'a convaincu de rejoindre l'ESMS pour relever un nouveau défi. J'ai aussi eu des supers échanges avec le coach, Thierry LESPIAUCQ, j'adhère à ses principes de jeu. Je connaissais l'ESMS pour avoir joué quelque fois dans le camp adversaire (ndlr : avec le Réal lors des saisons 2011-12 et 2013-14). Je voulais rester en Nationale III, dans cette poule du Sud-Ouest que je connais bien et qui permet de disputer des matchs super intéressants chaque week-end.

ESMS : Tu viens d'intégrer le groupe cet été, comment vis-tu tes premiers moments au sein du club ?

V.M. : Dès mon arrivée cet été, j'ai été très bien accueilli par le club, le staff et mes coéquipiers. Etant le seul nouveau, j'ai été facilement intégré dans l'effectif. Le club a organisé un week-end d'intégration à Mimizan Plage, cela a permis de mieux nous connaître. C'est hyper important d'avoir un groupe soudé pour gagner des matchs. Les entraînements sont différents de ceux du Réal, l'environnement n'est pas le même mais l'esprit du basket landais est bien là : jeu en première intention, rapide, physique, alternance entre shoots à 3 points et recherche du poste intérieur. 

Son parcours : Du basket pro au Réal Chalossais

ESMS : Le basket landais te connaît pour tes 3 saisons au Réal Chalossais. Mais auparavant tu as goûté au plus haut niveau national avec Chalon-sur-Saône (Pro A, 2000-2002) et surtout Quimper (NM1 puis Pro B, 2002-2005). Peux-tu nous raconter ton accession vers ces clubs professionnels ?

V.M. : Comme pas mal de jeunes souhaitant évoluer dans un club pro, j'ai suivi une formation à l'INSEP en jouant au Centre Fédéral entre 15 et 19 ans. Chalon-sur-Saône s'est intéressé à mon cas et m'a recruté en 2000. Je suis parti pour jouer avec les meilleurs et accumuler pas mal d'expérience en jouant au plus haut niveau national. J'ai évolué au côté de Robert GULYAS, Stanley JACKSON, Stéphane OSTROWSKI, Sacha GIFFA et Philippe HERVE était le coach. Du lourd à l'époque ! En 2001, on finit finaliste de la Coupe SOPORTA (aujourd'hui EUROCUP) en perdant de deux points contre le Maroussi Athènes. Ce fut une super expérience mais je n'ai pas pu bénéficier de beaucoup de temps de jeu.

Mais j'ai eu la chance ! Olivier COUSIN, ancien joueur d'HDC (en NM2, 1997-1999) et entraîneur de Quimper en 2002 est venu me chercher. J'ai trouvé là-bas un club ambitieux, j'ai pris beaucoup de plaisir. En 2 ans, on a obtenu une montée en Pro B, joué les play-offs en perdant contre Evreux en 1/4. Je jouais 15 minutes par rencontre.

 

ESMS : Derrière, tu as enchaîné pas mal de clubs en Nationale 1,2,3 par la suite, comment as-tu mis à profit ton expérience du basket pro ?

V.M. : Je pense que ces années au plus haut niveau m'ont permis de comprendre encore mieux le basket, de m'adapter très rapidement aux consignes des différents coachs que j'ai pu avoir. Sur le terrain, même si je ne suis pas très bavard, je fais ce qu'on me demande, je sais me mettre au service du collectif. Je peux donner des bons conseils à mes partenaires mais je ne suis pas quelqu'un qui va aboyer sur le terrain !

 

ESMS : Tu arrives en 2011 au Réal Chalossais. Comment es-tu venu te perdre dans les Landes ?! Connaissais-tu le basket landais ?

V.M. : C'est Rémy CONDERANNE, avec qui j'ai joué à Cognac (2006 - 2008), qui m'a approché pour me faire venir à Saint-Aubin. Le club était à la recherche d'un intérieur. Comme le Sud-Ouest était une région qui m'atterait, j'ai décidé de tenter l'aventure ! Je connaissais le basket landais pour avoir joué en Nationale II contre Serresgaston, Monségur, le Stade Montois. J'ai adoré l'ambiance dans les salles, il y avait toujours du monde pour suivre les matchs. Contrairement au Jura où l'ambiance sonnait creux ! Je sentais que les Landes était une terre de basket.

 

ESMS : 3 saisons avec le Réal, un titre de champion Coupe Sud Ouest, deux demi-finales de la Coupe Guy Candau. Quels souvenirs vas-tu garder de ce club ?

V.M. : Je garde d'excellents souvenirs de ce club, le cadre, l'ambiance, tous les joli derbys qu'on a pu disputer, le titre en Coupe Sud Ouest à la Mecque. J'ai adoré l'atmosphère des arènes de Pomarez. On a fait de beaux parcours en Coupe des Landes, mais je regrette de ne pas avoir pu disputer une finale. On était tout prêt en 2012 en demi-finale contre HDC mais on se fait battre dans les toutes dernières secondes. Cette défaite reste aujourd'hui mon pire moment de basketteur dans les Landes.

 

ESMS : Ton dernier match en tant qu'adversaire de l'ESMS ne restera pas non plus un souvenir impérissable ! (Défaite en Février dernier avec le Réal Chalossais, 79 - 66). Comment l'as-tu vécu ?

V.M. : En effet, on jouait ce match dans un contexte particulier. Avec le Réal, nous n'avions plus rien à jouer, alors que l'Elan jouait sa survie. On s'est logiqué fait rentré dedans, on n'a pas abordé ce match du bon côté. Au final on s'est fait battre, mais tant mieux avec du recul, puisque cela a servi le maintien de l'ESMS !

Ses objectifs pour la saison 2014-15

ESMS : Quelles sont tes ambitions personnelles et celles de l'équipe pour cet exercice 2014-2015 ?

V.M. : Je ne suis pas venu pour la gloire personnelle. Je viens pour faire briller le collectif, être dans un groupe qui s'amuse et gagne le plus de match possible. Il faudra faire le maximum pour tout remporter chez nous afin d'aller chercher le maintien au plus vite et s'éviter une fin de saison crisptante. Je pense qu'on peut faire un meilleur classement que l'an passé dans cette poule homogène. Pourquoi pas le top 5 ?

On essaiera de jouer les coupes à fond et d'emmener le club à Pomarez. La Coupe des Landes est une compétition particulière, tu joues les matchs à 22h30 parfois dans des conditions particulières ! Il faudra aborder chaque adversaire avec sérieux pour éviter les mauvaises surprises. Pour preuve lors de ma 2ème année avec le Réal, on s'est fait sortir par une équipe de Promo Aquitaine !

 

ESMS : Vous avez fait une bonne pré-saison (5 victoires, 1 défaite) et vous avez bien entamé le championnat avec une victoire contre HDC. Quelle est la philosophie de jeu que le nouveau coach, Thierry LESPIAUCQ, veut mettre en place ?

V.M. : Thierry est un coach très pointilleux qui n'hésite pas à remettre les joueurs à leur place s'il le faut ! On a une équipe avec énormément de talents offensifs, chacun peut apporter quelque chose. Mais avant tout il faut penser à bien défendre à 5, être sérieux, jouer collectif pour gagner les matchs.

 

Question bonus : Penses-tu que le public de l'ESMS peut être encore plus fou que celui du Réal ?

V.M. : Je commence à découvrir ce nouveau public mais à chaque fois que j'y ai joué avec le Réal (4 fois), l'ambiance a toujours été au rendez-vous. Je ne sais pas s'il peut être "plus fou", mais l'essentiel c'est que les supporters soient derrière nous dans les bons comme dans les mauvais moments. Comme eux, on est très déçu lorsqu'on perd, ils peuvent être assurés qu'on se battra tous les week-ends pour remporter un maximum de matchs.

 

ESMS : Merci beaucoup Vincent d'avoir répondu à nos questions ! Bonne chance pour cette saison.

 

Si vous n'avez pas lu l'interview de pré-saison de Thierry LESPIAUCQ, c'est par ici !