Interview du nouveau coach, Thierry LESPIAUCQ

Après avoir fait toutes ses gammes en tant que joueur puis entraîneur à Horsarrieu/Serreslous, Thierry LESPIAUCQ succède à Fred LANAVE pour coacher l'équipe de NM3. Interview du nouveau chef d'orchestre.

Son parcours de l'AS Serrelous à l'ASCH

Photo Thierry LESPIAUCQ
Photo Isabelle Louvier

ESMS : Bonjour Thierry, bienvenue à l'ESMS ! Pour commencer, je te laisse te présenter aux fidèles internautes du club !

Thierry LESPIAUCQ : J’ai 36 ans, un enfant qui a 18 mois, Timéo, avec mon amie Sandra. Nous habitons Horsarrieu. Je travaille à Aire/Adour, à Potez Aéronautique où je suis responsable Maintenance/Hygiène et Sécurité. J’apprécie de passer le reste de mon temps libre en dehors du basket avec ma famille. J’aime bien la nature, m’occuper de mon verger, profiter de la plage (quand il fait chaud !) et les ballades en montagne. Je suis également un passionné de tout ce qui touche aux nouvelles technologies.

ESMS : Originaire de Serreslous, tu as très vite baigné dans le basket, comment as-tu construit et vécu ta longue carrière de basketteur à l'ASCH ?

T.L. : En effet, j’ai baigné très tôt dans le basket, avec des parents joueurs de basket et dirigeants/entraîneurs à l’Avenir Sportif de Serreslous, je ne pouvais qu’y tomber dedans ! Je n’étais pas un grand fan de la balle orange, contrairement à mon frère, mais poussé par mes parents, j’ai fini par accrocher. Tout commence en minime 1ère année ... avec Patrick Dumas comme coach chez les jeunes puis en seniors. Il me fait travailler, progresser, et me lance dans le bain de l’équipe 1, en 95/96. Je commence à faire quelques apparitions sous la tunique bleue de l’équipe fanion. Ce fut un plaisir de jouer avec les T. Lailheugue, R. Pierre-Justin, S. Escames, P. Dussarat. Je garde de bons souvenirs de ces quelques minutes jouées dans les derby contre Amou (avec Laborde, Guicheneuy), Monségur (Léglise, Lescoute) , le Stade (Argueil, Batifoy) et Montgaillard (Bergès, Pécassou) ! Affronter ces joueurs, était source de motivation, j’avais du respect pour eux, mais sur le terrain, il n’y avait aucun cadeau. A cette époque-là, le dimanche après-midi j’évoluais en Poule des AS. Il y avait de vraies oppositions, face à des joueurs confirmés, connaissant toutes les ficelles du basket Chalossais ! Cela m’a permis d’avoir du temps de jeu, de m’aguerrir et de prendre confiance dans le jeu intérieur (poste 4).

Le président emblématique de ce club à l’époque, Jean Lailheugue, m’a vraiment marqué par son implication, et la volonté pour la réussite de son club. Lui offrir la Coupe des Landes en 2005 était un vrai bonheur (la 2ème pour le club après celle de 1981 !), peu de temps avant son décès ... Par la suite les anciens sont partis, et petit à petit, on a pris la relève de l’équipe, avec les Lafitte, Lesbarrerre, Sentout, Bouscarel, mon frère etc. Nous avons évolué en N3 et N2, j’ai eu la chance de jouer 3 fois les phases finales du Championnat de France de N3. J’ai remporté 3 Coupes des Landes 2005, 2010 et 2013 (coach) ; et perdu 6 ou 7 fois en finale de Coupe du Sud Ouest, on a jamais pu la remporter ... !

 

ESMS : Comment as-tu été amené à prendre les rênes de l'ASCH ? N'est-ce pas difficile de coacher ses anciens coéquipiers ?

T.L. : En Juin 2012, Patrick Dumas me demande si je souhaite être entraîneur de l’équipe 1. Après avoir réfléchi, j’accepte de relever le défi. Je suis un homme de challenge, et avec des cadres comme O. Sentout et Matthieu, mon frère, cela ne m’effraie pas. L’équipe est renouvelée à plus de 60%, avec de jeunes joueurs issus de la formation du club et des joueurs confirmés tel que Drunktenis. Aucun souci de relation avec mes 2 anciens coéquipiers, naturellement le respect était là afin de tirer l’équipe dans le bon sens.

 

ESMS : Tes deux premières années de coachs ont été pour le moins contrastées (vainqueur de la Coupe Guy Candau en 2013, une descente en Pré-Nationale en 2014). Comment expliques-tu ce delta ?

T.L. : Contrastées : en effet c’est le moins que l’on puisse dire ! Lors de la 1ère saison, personne ne connaissait notre équipe, il y avait eu beaucoup de départs de joueurs majeurs. Nous avons travaillé dur et sérieusement, pour progresser tout au long de la saison pour terminer à la 6ème place de cette poule C, déjà très relevée. Les joueurs étaient soudés et combatifs. Cela nous a permis de remporter la fameuse Cup tant convoitée, et de perdre (encore une fois !) en Coupe Sud-Ouest.
L’an passé, les joueurs sont arrivés hors de forme en août et avec toujours le spectre de cette victoire en Coupe qui traînait dans leur tête... Sentout parti, pas remplacé et irremplaçable, le positionnement de l’ASCH dans cette nouvelle poule C n’allait pas être de tout repos. La poule encore plus relevée et homogène que l’an passée, la saison s’annonçait plus dure. Nous avons commencé la saison en gagnant des matchs difficilement et sans panache ... Peu ou pas de remise en cause de certains joueurs après cette victoire en Coupe des Landes. De ce fait l’intégration des nouveaux ne s’est pas faite de la meilleure des façons. Le collectif en pâtissait et ne progressait pas au fil des matchs.
Après le match gagné à ESMS en janvier, les joueurs n’ont pas pris conscience qu’il n’y avait rien de fait concernant le maintien. Ce n’est pas faute de l’avoir répété ! Derrière on encaisse 5 défaites de rang. Le dernier match contre Agen, avec une victoire probante (le meilleur match de la saison !!) ne peut laisser que des regrets, au vu de l’effectif et ce dont on été capable de faire. Cette descente était évitable, c’est dommage.
En fin de saison, les dirigeants ont rencontré les joueurs, à la demande de quelques joueurs, je suis remercié.

 

ESMS : Néanmoins tu restes très attaché à ce club. Comment expliquer que même en ayant l'équipe 1 en Pré-Nationale, il y ait un tel engouement autour de ces 3 villages ?

T.L. :  Le basket fait vivre nos villages. C’est vrai à ESMS, à Horsarrieu et ailleurs en Chalosse. Les gens ont besoin de ça pour se divertir et prendre du plaisir en voyant du basket pour passer une soirée conviviale le samedi soir. Les supporters de l’ASCH auront à cœur que le club remonte en Nationale rapidement.

Son projet pour l'ESMS

ESMS : Tu arrives à l'ESMS que tu connais bien pour l'avoir rencontré ou vu jouer plusieurs fois. Comment le qualifierais-tu ?

T.L. : C’est un club contre qui il a toujours été très difficile de gagner et un adversaire coriace ! Il y a une vraie identité club, avec des joueurs qui jouent vite, qui ne lâchent jamais rien. Je crois qu’il faut conserver cet état d’esprit.

 

ESMS : Tu possèdes aujourd'hui un groupe avec de forts atouts offensifs mais qui a beaucoup pêché en défense l'année passée. Quelle identité de jeu souhaites-tu donner à ton équipe ?

T.L. : Le groupe n’a pas changé (1 seul départ), ça c’est un vrai atout. Concernant la défense, elle est importante dans un match et permet de gagner des rencontres. Nous avons commencé à travailler ce point-là, et cela porte ses fruits lors des premiers matchs amicaux. Il faut confirmer tout cela sur la durée, et l’améliorer. En attaque, je ne me fais pas de soucis. Les joueurs ont des qualités offensives naturelles, de shooteurs, d’agressivité vers le cercle, il faut que l’on mette tout cela au service du collectif, afin que chaque joueur trouve sa place. On doit être capable de défendre dur et d’attaquer rapidement.

 

ESMS : Comment situes-tu ton équipe dans cette poule C de Nationale III et quels sont tes objectifs ?

T.L. : Cette poule C risque d’être une fois de plus très homogène. Je ne connais pas tous les effectifs encore... Le fait de revoir les Girondins dans cette poule, va offrir de nouvelles oppositions. Nous avons un calendrier de début de championnat assez compliqué, donc il faudra être prêt dès le premier match. Au niveau des objectifs, il est raisonnable d’essayer de terminer dans les 6 premiers, afin d’assurer le maintien rapidement et pouvoir se concentrer sur les coupes.

 

ESMS : Le public de l'ESMS est passionné mais exigeant. Comment tes joueurs et toi allez gérer cette pression ?

T.L. : C’est normal que le public soit exigeant ! Il n’y aucun mal à ça. J’ai entendu lors de l’Assemblée Générale, que le public avait été peu gâté en victoires à domicile la saison dernière. On va essayer de faire mieux, pour offrir du plaisir à nos supporters et des victoires !

 

ESMS : Vas-tu suivre attentivement la formation de l'ESMS ? Quels conseils peux-tu donner à ces jeunes pour intégrer un joueur de l'équipe fanion du club ?

T.L. : Oui bien sûr, je vais faire de mon mieux pour suivre les équipes de jeunes du club, y compris l’équipe 2, puisqu’il y aura des matchs jumelés avec la 1. Quelques conseils : avec toute humilité, je pense qu’il faut s’entrainer durement, grandir étape par étape, gravir les échelons, pour essayer de taper un jour à la porte de l’équipe 1. Il faut être patient et puis ne pas hésiter à prendre un ballon et shooter, shooter et encore shooter ! Travailler ses gestes et ses attitudes, seul ou avec des copains. On le voit avec l’effectif de l’équipe 1 en place, l’ESMS fait confiance aux jeunes.

Son regard sur l'actualité de la balle orange

ESMS : HDC sort d'une saison cauchemardesque en NM2, ASCH, Gaujacq évoluent cette année en championant régional... Le paysage du basket landais est en pleine mutation. Qui sont aujourd'hui les meilleures équipes landaises ?

T.L. : Oui en effet, le basket est en mutation. Je pense que les équipes de Gamarde-Dax et du Stade Montois sont encore au dessus du lot. Ce qu’a fait Gaujacq en coupe des Landes est génial et montre que tout est possible. D’ailleurs ces derniers ont une très belle équipe pour la Pré-région et feront partis des favoris pour la remontée en N3. Quand à HDC, ils ont vécu une saison très compliquée en N2, et auront à cœur de faire une bonne saison en N3. Dans les années futures, je pense que l’on verra naître des équipes de canton ...

 

ESMS : Basket Landes sort d'une saison exceptionnelle (1/4 finaliste EuroCup, 2ème phase régulière et demi-finaliste du championnat de France). Les filles d'Olivier LAFARGUE peuvent-elle faire encore mieux ?

T.L. : C’est très bien ce qu’ont fait les filles de BL. Tout le monde a pu suivre les phases finales à la TV ou à Mitterrand. Personne ne les attendait à ce niveau-là de ces compétitions, les valeurs mises en avant et le talent, leur ont permis d’aller aussi loin. Coach Olivier a bien bossé, et est à juste titre récompensé en intégrant le staff de l’équipe de France. C’est sûr que cela risque d’être plus compliqué, car il y aura moins l’effet de surprise comme l’an passé. Mais le staff fera de son mieux pour gérer les nouvelles joueuses, et les intégrer au mieux à la fibre locale.

 

ESMS : Comme beaucoup de passionnés, j'imagine que tu vas suivre le mondial espagnol avec beaucoup d'attention. Quelles sont les équipes et les joueurs que tu attends au tournant ?

T.L. : Pour le mondial, je vois bien les Espagnols maitres chez Eux ! Vexés de la défaite face à la France l’an dernier, ils auront à cœur de remporter le titre devant leurs supporters.

 

Merci Thierry pour tes réponses et bonne chance pour la saison à venir !


Pour ceux qui n'avaient pas lu l'interview de José SOARES, nouvel arbitre de Pro A, c'est par ici !